Collaborateurs salariés

Retraite et épargne

L’épargne salariale est un système d’épargne collectif qui peut être mis en place au sein de toutes les entreprises. Le principe consiste à verser à chaque salarié une part sur les résultats de l’entreprise (le système d’intéressement) ou sur ses bénéfices (le système de participation). Les sommes qui vont être versées au salarié lui sont soit versées directement, soit déposées sur un plan d’épargne salariale, tout dépend du choix du salarié.

On distingue deux plans d’épargne salariale :

  • Le plan d’épargne entreprise (PEE) : ce système d’épargne collectif permet aux salariés de se constituer un portefeuille de valeurs mobilières. De plus, les versements du salarié peuvent être complétés par des contributions de l’entreprise (abondements). Toutefois, les sommes restent indisponibles pendant une durée 5 ans.
  • Le plan d’épargne pour la retraite collectif (Perco) : c’est un dispositif d’entreprise qui permet aux salariés de se constituer une épargne. Les sommes sont bloquées jusqu’à la retraite, sauf cas de déblocage exceptionnel. Les versements du salarié peuvent être complétés par des contributions de l’entreprise (abondements). Au moment de la retraite, les sommes sont disponibles sous forme de rente ou, si l’accord collectif le prévoit, sous forme de capital.
  • Le plan d’épargne retraite populaire (PERP) : En épargnant sur le PERP, vous vous constituez progressivement un complément de retraite. Chaque année, vous déduisez le montant des versements que vous effectuez sur votre contrat de votre revenu imposable, dans les limites légales.
    Vous épargnez à votre rythme. À la retraite, l’épargne constituée vous permettra de bénéficier d’un revenu régulier versé à vie (rentre viagère), qui viendra compléter les pensions issues des régimes de retraite obligatoires et complémentaires. Dans certains cas encadrés par la loi, vous pouvez avoir la possibilité de récupérer votre épargne sous forme de capital.

Prévoyance et santé

Il est possible pour un salarié d’assurer le maintien de ses revenus en cas d’incapacité ou d’invalidité de travail pour raison de maladie ou d’accident. De même qu’en cas de décès, il est important d’assurer le versement de capitaux décès supplémentaires.

Pour les cadres la situation est différente car l’entreprise a obligation de souscrire un contrat d’assurance au bénéfice de ses salariés cadres.
De plus, cette cotisation doit être au moins de 1,5% du salaire brut limité à la tranche A. Cette cotisation doit être en majorité affectée aux garanties en cas de décès.

Garanties homme clef

Un collaborateur salarié possède un savoir-faire spécifique non répliquable dans l’entreprise ; que se passerait-il en cas de disparition de celui-ci où d’une incapacité à effectuer sa mission.

Une solution d’assurance peut donc être mise en place pour permettre de verser un capital à l’entreprise qui pourra lui permettre de recruter un nouveau collaborateur et de pouvoir aux coûts inhérents.